Interview de Gérard Hartalrich

réalisé par Histoire-Généalogie.com

 

Pouvez-vous nous expliquer comment est né votre intérêt pour la généalogie et l'histoire ? (éventuellement, quelle est votre conception de la généalogie ?)

Les drames d'hier ne seront plus que des pages d'histoire pour les gens de demain, nos successeurs. Les adultes qui ont vécu ces épreuves gardent en mémoire les faits et les appelleront bien plus tard, des mauvais souvenirs. L'enfant que j'étais dans les années mille neuf cent soixante lui, ne comprenait pas. Né sur une terre d'émigration, dont les parents, fils d'espagnols, fille d'italiens auraient reçu la nationalité française sur un sol cosmopolite où se côtoient différentes nationalités. Les raisons profondes qui animent ma, je dirai plutôt nos passions, pour moi comme pour toutes les personnes qui ont été dans mon cas, sont liées à notre adolescence, aux faits qui s'y sont déroulés, au besoin de savoir, à celui de comprendre. Pour cette jeunesse, le déclencheur généalogique est innée. Comme de nombreuses maladies, il y a un développement plus ou moins important ou pas de développement du tout. C'est possible aussi. De notre temps, les psychologues étaient inexistants dans les écoles, mais aujourd'hui, ont-ils seulement le droit d'instruire leurs jeunes patients sur la vérité qui les concerne ? Un jour viendra où ces enfants devenus des adultes plancheront sur leurs origines puis l'histoire du ou des pays de leurs ancêtres, sur certains faits liés aux diverses anecdotes vécues dans leurs familles. Ils s'investiront dans leur quête, auront beaucoup de mal à trouver, problèmes de langues, politiques, incompréhensions diverses. Du besoin d'informations salutaires aux raisons pertinentes, jaillira comme par automatisme une ouverture sur la discipline ayant pour objet la recherche des racines plus communément appelée la généalogie.

Je conçois cette science des origines (genos logos), dans le sens défini à l'intérieur de tous les dictionnaires mais sans pratiquer la course aux patronymes. Je laisse une part de découverte à mes enfants, petits enfants, à autrui. Moi , je donne plutôt dans le voyeurisme par de très fréquentes et longues haltes dans la vie des personnages rencontrés, les couples, les anciennes familles, avec l'espoir d'y découvrir la petite dissection intéressante à pratiquer

 

Vous avez publié sur votre site une page intitulée "Un retour aux sources... Montjoie le Château...Vaufrey". Pouvez-vous nous expliquer l'histoire de ces photos ?

Retour aux sources, Montjoie le Château, Vaufrey.. Les photos.

Un correspondant érudit et féru de généalogie qui se reconnaîtra, m'a transmis par courriel la note ci-dessous.

" J'ai rencontré un jour un descendant des Caffot de Montjoie qui m'a fait part d'une curieuse légende transmise oralement dans la famille, qui dit que le premier Caffot aurait été ramené de croisade par un des seigneurs de Montjoie (de Glère au haut Moyen-Age). " Il est à noter que la famille Caffoz occupe de notables fonctions dans la seigneurie de Montjoie aux 17è et 18è siècle, avec en particulier la charge de prévôt.

A l'origine, le village de Vaufrey n'était qu'une localité peu importante de la baronnie de Montjoie-Glère situé aujourd'hui en Franche-Comté dans le département du Doubs. La mère de nos enfants, Christiane Caffot me faisait part de son désir qui consistait en la visite des ruines du château de Montjoie ainsi que le village de Vaufrey, deux lieux sacrés pour avoir été, d'une part le berceau familial par la venue du premier Caffot, il s'agissait d'un albanais portant le patronyme Caffolz, ramené lors de la dernière croisade au 13è siècle par Guillaume de Montjoie. Cet homme aura pris pour épouse très certainement une fille du comté. De cette union descendront les Caffot, Caffod, Caffott, Caffo, Caffaud etc.

D'autre part, Caffot François Joseph, l'ancêtre qui formera la branche de Christiane avait quitté Vaufrey vers l'année 1812 pour s'installer à Mulhouse avec un détour par la Suisse où il connut Paquier Madeleine, laquelle deviendra son épouse, pour ne plus jamais revenir vers son village et sa Franche-Comté natale.

Mais encore, avec le décès de Alcide Caffot en 1996, dernier porteur du nom dans la commune, maire de 1989 à 1995, le patronyme aura totalement disparu de Montjoie le Château - Vaufrey. Christiane Caffot désirait se recueillir sur la terre où vécurent ses aïeux.

 

Actuellement, faites-vous des recherches historiques et/ou généalogiques sur un sujet particulier ? Si oui, lequel ?

Plusieurs sujets sont en cours d'étude.

- Une attention particulière pour le couple Caffot-Pergaud

" Louis Emile Vincent Pergaud, prix Goncourt 1910, De Goupil à Margot, La Guerre des Boutons, Le Roman de Miraut (insultes aux Caffot), La Revanche du Corbeau, Les Rustiques " Les personnages me sont d'un intérêt que je définis maintenant de personnel.

- Le naufrage de la Seine, un thème tout aussi passionnant qui demande un énorme investissement dans la recherche de documents avec parfois des erreurs dans ces derniers qu'il faudra vérifier et rectifier. Une étude qui passe obligatoirement dans les environs proches de Chassiron, la tour d'Antioche et les dizaines de naufrages qui se succéderont dans de terribles et féroces tempêtes . Nous savons quand commence un sujet, mais jamais quand il se termine, ce qui fait que nous augmentons la charge de travail sans même nous en rendre compte.

Mes recherches à venir : La relation entre le couple CAFFOT Alexis - OSEVAL Françoise de Vaufrey-Montjoie le Château d'avec le Comte François de Thuillières-Montjoie et sa famille émigrés avant la Révolution vers la Suisse et l'Autriche.

Depuis le 13è siècle et jusqu'à la Révolution, les Caffot de père en fils ont toujours été les prévôts des Comtes de Montjoie .

Une enquête qui promet être fascinante.

Gérard HARTALRICH......le 10 janvier 2001

Gerard.hartalrich@wanadoo.fr

http://perso.wanadoo.fr/genealogie.caffot.hartalrich/index.html.htm

translate in english
translate in english

 

retour

Copyright © Généalogie CAFFOT-HARTALRICH

La Grange du Chineur